Le déroulé de la rencontre de Pro B USF TT-Caen

vendredi 21 décembre 2012
popularité : 15%

Dernière journée de championnat de Pro B de l’année, avant-dernière rencontre de cette première partie de saison : Fontenay-sous-Bois, toujours à la recherche d’une victoire, rencontre l’équipe de Caen, première équipe de ce championnat et invaincue à ce jour (4 victoires, 3 matchs nuls).

Côté Fontenay, un seul changement dans la composition : Arnaud, dans la foulée de sa belle victoire à Grand-Quevilly, remplace Mehdi, toujours blessé au pouce, tandis que l’équipe de Caen aligne sa composition habituelle : le Suédois Robert Ericksson (n° 39) en n° 1, le Chinois Xin Wang (n° 52), et le Tchèque Jakub Kleprlick (n° 54), le Français Jimmy Deveaux (n° 143) restant sur le banc des remplaçants.

Konstantinos Papageorgiou (n° 32) c/ Robert Ericksson (n° 39)

Dans ce choc des deux numéros 1, notre joueur se détache en début de set, menant 3/0, avant de perdre six points successifs, considérablement gêné par le placement de la balle au centre, côté revers, et le service court de son adversaire. Ericksson s’octroie dans la foulée trois balles de set, que Papageorgiou parvient à sauver avant, finalement, de concéder la première manche, 12/10.

La seconde manche est elle aussi caractérisée par la brièveté des échanges, mais c’est à Papageorgiou que profitent ces derniers et les points défilent rapidement : 4/0, 7/1, 10/2 et, finalement, 11/3 en sa faveur. En dehors de quelques points très disputés, on retiendra surtout de cette manche les lourdes erreurs du Suédois au service, par ailleurs visiblement mal à l’aise avec le jeu court et les effets imprimés à la balle par le n° 1 fontenaysien.

La troisième manche ressemble à la précédente au niveau du jeu, et Papageorgiou se détache rapidement pour mener 5/2, gagnant des points notamment en revers et sur son service court. Par la suite, le jeu s’équilibre : Ericksson s’habitue aux balles du Grec et revient à 6 partout, avant de passer en tête et d’obtenir deux balles de deux manches à une. C’est alors au tour de Papageorgiou d’aligner trois points consécutifs, pour obtenir à son tour une balle de set, qu’il remporte finalement 13/11, à la faveur d’une lourde faute d’un Eriksson profondément dépité.

Son calme retrouvé, Ericksson déploie un jeu plus offensif dans la quatrième manche et gagne un point superbe à 1 partout, avant de mener 5/1, puis 7/2 et enfin 9/3. On notera que les deux joueurs essayent de se surprendre mutuellement en ayant recours au service « bombe ». Finalement, le Suédois s’impose logiquement 11 points à 4 grâce à un magnifique retour de service, et après avoir remporté la majeure partie des points les plus disputés du set.

Mais c’est Papageorgiou qui reprend l’ascendant dans la cinquième manche et se montre beaucoup plus offensif : le temps mort demandé par Ericksson à 6/1 contre lui ne lui est d’aucune utilité. Très en colère, il s’incline en 5 manches : 10/12, 11/3, 13/11, 4/11, puis 11/2. Fontenay mène 1 à 0.

Omry Ben Ari (n° 91) c/ Jakub Kleprlick (n° 54)

La première manche ressemble sensiblement au match précédent : échanges courts et très équilibrés. A 8/8, les points superbes s’enchaînent, et finalement, Kleprlick s’impose 11/9, notamment grâce à un service enroulé dont l’effet semble difficile à lire. Plus mobile, Omry prend l’offensive dans la seconde manche, où il mène 4/0 puis 6/1, avant que Kleprlick ne remporte quatre points d’affilée. Le temps mort demandé à cet instant par Aurélien est d’une grande aide à Omry, qui parvient à enrayer la progression de Kleprlick en bloquant et contrôlant la balle, qu’il place mieux : Omry s’impose 11 points à 6, à la seconde balle de set.

La troisième manche est de nouveau très équilibrée : peu d’échanges, et une bataille essentiellement en service et retour de service. A 6/6, Omry se détache et obtient quatre balles de set. Kleprlick décide alors de servir en revers et gagne les deux points de service, puis sauve une balle de set sur le service d’Omry. Sur le deuxième point de service, Omry s’impose finalement grâce à un service « bombe » particulièrement audacieux à cet instant du match. Initiative risquée mais heureuse, qui lui permet de remporter la troisième manche 11 points à 9.

Dans la quatrième manche, Omry conserve ce service et ce choix lui réussit : plus agressif, il remporte tous les points en bout de course. Kleprlick, qui continue de servir en revers, demande le temps mort à 5/0 contre lui. Mais il ne parvient pas à enrayer la progression de son adversaire, qui continue à faire la course en tête, menant 7/1 puis 9/3. Kleprlick reprend alors son service initial et réussit un point magnifique, sans pour autant parvenir à remonter la pente : Omry s’impose en quatre manches, 9/11, 11/6, 11/9 et 11/5, réalisant au passage une belle performance. Fontenay mène alors 2 à 0.

Arnaud Dairon (n° 141) c/ Xin Wang (n° 52)

Joueur à prise « porte-plume » et au patronyme prestigieux, dans un club qui comptait il y a quelques années Wang Liqin, Jorgen Persson et Damien Eloi dans ses rangs, Wang se caractérise par un jeu « en contre » très rapide, dans lequel il commet très peu de fautes. Il remporte assez logiquement la première manche, 11 points à 3. Dans le second set, Arnaud prend une légère avance, grâce notamment à des retours de service gagnants en flip coup droit et à son service en revers ; il conserve cette avance pour remporter la deuxième manche 11 points à 9.

Dans la troisième manche, Arnaud fait la course en tête. Wang multiplie les erreurs au service et en retour, tandis qu’Arnaud termine les points avec brio. Réussissant dans les domaines où il était tenu en échec en début de match, Arnaud s’impose 11/4 dans cette manche, où il contrôle totalement la balle de Wang avant de prendre l’avantage dans l’échange.

Le quatrième set sera de toute beauté, en même temps qu’il va constituer le tournant du match et, malheureusement, de la rencontre. Wang sert bien tandis qu’Arnaud, gêné par l’effet de la balle, multiplie les erreurs dès l’engagement et se retrouve rapidement mené 5/0, puis 8/2, avant d’entamer une spectaculaire remontée. A 8/5 en sa faveur, et pour contrer la remontée d’Arnaud, qui remporte de très beaux échanges, Wang prend le temps mort. Mené 9/5, Arnaud s’arrache pour remporter les quatre points suivants et revenir à 9/9, sous les cris d’un public particulièrement enthousiaste. Sauvant une balle de set, Arnaud retrouve son service « bombe » et revient à 10 partout avant d’obtenir une balle de match en sa faveur. Mais c’est finalement Wang, qui prend beaucoup de temps avant de servir, qui remporte les trois points suivants et revient à deux manches partout.

Dans la cinquième manche, Arnaud, visiblement sous le coup des efforts consentis au set précédent, est rapidement distancé. Le temps mort qu’il prend à 3/0 contre lui ne lui est pas d’une grande aide, et Wang continue sa progression en attaquant constamment : 5/0, puis 8/2 – mais la configuration n’est plus celle du set précédent. Arnaud ne parvient pas à remonter la pente et Wang s’impose en cinq manches, 11/4, 9/11, 4/11, 13/11 et 11/3, ramenant Caen à un point de Fontenay.

Robert Ericksson c/ Omry Ben Ari

Après la pause, l’imposant Suédois a retrouvé son calme et sa puissance de jeu : il va vite distancer Omry grâce à des coups très rapides, notamment en revers et en retour de service, laissant peu de place au suspense. Après une première manche remportée 11/2, Ericksson mène 7/2 dans la seconde. Omry parvient à revenir à 6/7, mais le Suédois garde l’avantage, le poussant à la faute et terminant tous les points disputés, pour remporter la deuxième manche 11 points à 7. Mené 1 point à 4, Omry, visiblement stressé, prend le temps mort et, à la reprise, se met à lâcher tous ses coups. Mais il commet trop de fautes et sa balle semble trop haute pour Ericksson, qui termine chaque point par un smash cinglant et s’impose en trois manches, 11/2, 11/7, 11/8, remettant les deux équipes à deux partout.

Konstantinos Papageorgiou c/ Xin Wang

C’est le match qu’il faut à tout prix gagner pour Fontenay. Hélas, Wang, mieux placé, pousse le joueur grec à la faute et s’impose rapidement 11 points à 5 dans la première manche. Papa ne parvient pas à écarter Wang et, dans la seconde manche, se retrouve mené 6/2, avant de revenir à 6/6, grâce à un service gagnant joué avec beaucoup d’effet, puis de prendre l’avantage à 8/6. C’est alors au tour de Wang de faire une série de points gagnants pour s’octroyer deux balles de set : il s’impose finalement 11 points à 9.
Dans la troisième manche, Konstantinos est en difficulté et prend le temps mort alors qu’il est mené 3/0. Il revient ensuite de 0/4 à 3 points à 4, notamment grâce à son service, qui surprend momentanément le joueur chinois. Lorsque Konstantinos revient de 3/6 à 5/6, Wang prend le temps mort. Cette pause lui permet de mener 8/6 mais le joueur fontenaysien parvient, grâce à un point exceptionnel, à mener 9 points à 8. A 9/9, c’est une nouvelle bataille de services et de retours qui s’engage. Konstantinos obtient une balle de set, mais Wang remporte les deux points suivants avant de commettre une erreur grossière à 11/10 en sa faveur. Konstantinos ne laisse pas passer sa chance et s’impose finalement 13 points à 11. La quatrième manche est très équilibrée, mais tourne en faveur de Wang, qui, une nouvelle fois, prend tout son temps au service, et s’impose finalement en quatre sets, 11/5, 11/9, 11/13, 11/9. Il ne reste plus à Fontenay, mené 3/2, que l’espoir ténu d’obtenir le match nul.

Arnaud Dairon c/ Jakub Kleprlick

Cet espoir sera de courte durée. Dans ce dernier match, Jakub Kleprlick parvient à considérablement gêner Arnaud grâce à son service « enroulé » et remporte la première manche 11 points à 5. Dans le deuxième set, Arnaud réussit bien un superbe retour de service, en se décalant pour le jouer en revers, mais cela ne suffit pas. Le revers décroisé de Kleprlick fait beaucoup souffrir Arnaud, et le temps mort qu’il prend à 2/5 ne sera pas d’une grande aide, puisqu’il perd le deuxième set 11 points à 2. La troisième manche sera un peu plus disputée, mais Arnaud commet deux erreurs au service : mené 6/10, il parvient à sauver quatre balles de match avec courage, mais Kleprlick s’impose finalement en trois manches, 11/5, 11/2, 12/10.

Caen s’impose finalement 4 à 2 : après avoir été menée 2/0, et avoir déjoué une balle de 3/0, l’équipe son statut de leader du championnat. Fontenay-sous-Bois, seule équipe sans victoire, est désormais à l’avant-dernière place et doit absolument s’imposer lors de son déplacement à Metz, le 15 janvier prochain. Une victoire est aussi nécessaire pour le maintien qu’elle est envisageable au vu des rencontres précédentes. On retiendra de cette soirée la belle performance d’Omry, qui renoue avec la victoire, et le fait qu’Arnaud a confirmé les espoirs créés par sa belle


Agenda

<<

2022

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois